Culture Cuisine
Culture Cuisine
login
 


Liens sur vignettes ci-dessous












 Retour...



 

2018 et 2019 en question(s) et réponses des cuisinistes

Bilan 2018 en termes d’affaires, fréquentation, et panier moyen ; impact du mouvement des Gilets jaunes, intention de recruter ou de changer de fournisseurs : que révèle notre Baromètre d’opinion pour 2018 et 2019 ? 

 

1/ Le bilan de votre activité en 2018 est-il globalement :

- Très bon : 20 %

- Bon : 60 %

- Moyen : 10 %

- Mauvais : 10 %

- Très mauvais : %

Commentaires :    Confirmant ceux de notre baromètre d’opinion diffusé en juillet dernier, ces résultats traduisent ce que l'on a pu ressentir, voire constater au cours des mois suivants, lors de nos diverses rencontres ou discussions téléphoniques avec divers cuisinistes de France et de Navarre, les indépendants, distributeurs exclusifs ou non de marques allemandes ou italiennes semblant être les plus enthousiastes. On peut ainsi gager que la cuisine sera restée le bon, sinon le meilleur élève de l'ameublement en 2018. Qui s'en plaindrait ?         

              

2/ Durant l’année écoulée, la fréquentation de votre magasin :

- A progressé : 20 %

- Est restée stable : 70 %

- A régressé : 10 %

Commentaires : On peut voir le verre à moitié plein en se réjouissant que la fréquentation n'ait pas baissé dans les magasins spécialisés en cuisine, alors qu'ils ont été confrontés à une concurrence plus variée et plus offensive en 2018. On peut aussi se réjouir qu’elle a progressé dans un nombre supérieur de points de vente qu’elle a diminué par ailleurs.

 

3/ Votre panier moyen : 

- A progressé : 70 %

- Est resté stable : 30 %

- A régressé : %  

Commentaires : Si une majorité de cuisiniste dresse un bilan positif en 2018 alors qu'une majorité constate une fréquentation identique de leur magasin, on en déduit que leur prospérité a été motivée par un meilleur panier moyen et donc davantage de marges. Dont acte. La récompense sans doute d'une politique de services et de relations humaines plus étroites et plus développées au service de chaque prospect puis client, à l’opposé d'une stratégie faisant primer les volumes et nombres de ventes, au risque de mettre les vendeurs sous pression, ce que les consommateurs identifient et fuient rapidement.     

 

4/ Pendant le mouvement des gilets jaunes de la fin novembre à la fin décembre, votre activité :

- A progressé : 20 %

- Est restée stable : 40 %

- A régressé : 40 %

Commentaires : On aurait pu craindre le pire avec une dégradation brutale de l'activité des cuisinistes, à l'instar de ce qu'ont déploré dans les médias des commerçants de divers secteurs d'activité déplorant les blocages, et plus encore les saccages de leur magasin dans les diverses villes du pays. Si la situation s’est effectivement détériorée pour une part importante d'entre eux, aucun ne nous a toutefois signalé une chute brutale, certains se posant la question du degré de causalité des manifestations. Quelques cuisinistes ont même estimé que leur localisation leur avait permis de profiter d'un report de fréquentation de consommateurs évitant les zones bloquées. Mais là encore, les situations étaient (et restent) très variées : parfois, ce sont les magasins des centres-villes qui ont été pénalisés par le défilé des manifestants et les exactions des casseurs ; dans d'autres cas, ce sont les points de vente situés sur les zones commerciales de périphérie qui ont souffert des blocages ou filtrages organisés sur les ronds-points y conduisant. La plupart se sont toutefois déclarés étonnés de la hausse de leur activité durant cette période tourmentée. Nous leur avons suggéré que, peut-être, un nombre de consommateurs ont préféré avancer et concrétiser leur rachat de cuisine à la fin de 2018, de peur de ne pouvoir le faire en 2019 si la situation venait à se dégrader davantage (avec une hausse massive de leur imposition voire un blocage bancaire nés d’une grave crise économique).     

 

5/ Souteniez-vous ce mouvement à ses débuts ?

- Oui :70 %

- Non : 10 %

-  Etaient indifférents : 20 %

Commentaires : Des chiffres qui montrent sans ambiguïté que les revendications initiales étaient partagées quasiment par toutes les filières d’activité économiques et par les diverses fonctions, le pourcentage chez les patrons de magasins de cuisine étant de même grandeur que celui révélé par les sondages alors effectués auprès de la population française. Le mouvement des gilets jaunes a ainsi révélé un malaise à la fois ancien, profond et général.

 

6/ Et le soutenez-vous aujourd’hui ?

- Oui : 30 %

- Oui, mais moins : 20 %

- Non : 50 %

- Etaient indifférents : %

Commentaires : Certes, le pourcentage de cuisinistes ne soutenant pas le mouvement a progressé considérablement, mais celui le trouvant encore justifié n'a pas baissé pour autant dans les mêmes proportions. En réalité, cette distance prise avec les gilets jaunes - ou le soutien moral plus relatif qui leur est apporté - est la conséquence à la fois des violences répétées chaque samedi et de la confusion régnant dans les revendications qui perdent ainsi de leur force.

 

7/ Les mesures annoncées le 10 décembre dernier par Emmanuel Macron :

- Répondent aux attentes de la population : 20 %

- Ne répondent pas aux attentes de la population : 60 %

- Ne se prononcent pas 20 % : 

Commentaires : Un score qui explique pourquoi une part encore majoritaire des Français - et quasiment des cuisinistes - soutiennent le mouvement. Pour être précis, parmi les 60% mentionnés ci-dessus, entre un tiers et la moitié estime que les mesures annoncées ne répondent pas « complètement » aux attentes, et que cette absence d’intégralité fait toute la différence.

 

8/ Pour le premier semestre de 2019, vous êtes :

- Pessimiste, car la situation socioéconomique va s’aggraver : 10 %

- Optimiste, car la situation socioéconomique est bonne ou va s’améliorer : 10 %

- Attentiste : 80 %

Commentaires : Des résultats qui synthétisent les réponses aux quatre questions précédentes et donc le climat actuel tant dans les magasins que dans les esprits des consommateurs. On peut craindre malheureusement que le fameux grand débat national, devant commencer aujourd’hui 15 janvier, n'apporte pas de réelles réponses concrètes apaisant les esprits, au regard du crédit que lui accordent les Français quant à la pertinence des questions posées et du traitement des réponses qui seront formulées.

 

9/ En 2019, vous envisagez :  

- D’augmenter vos effectifs : 10 %

- De maintenir vos effectifs : 90 %

- De réduire vos effectifs : %

Commentaires : Les cuisinistes français seront donc aussi attentistes en matière d'embauche. Cela dit, maintenir peut naussi signifier recruter du sang neuf pour combler les départs en retraite… Un vœu souhaiter à formuler alors que la démographie sectorielle subit un vieillissement pouvant être dommageable s’il devait perdurer.

 

10/ Enfin, en 2019, envisagez-vous de :  

- Changer éventuellement de fournisseurs ou en ajouter pour monter en gamme : 30 %

- Garder le même fournisseur, mais de monter en gamme : 10 %

- Garder le même fournisseur et le même positionnement : 60 %

Commentaires : Le même attentisme prévaut aussi en matière d'offre mais on doit préciser que le pourcentage des cuisinistes souhaitant la faire évoluer reste le même - un tiers, tout de même - qu’au cours de nos consultations précédentes. En 2019, les fabricants de cuisine devront donc faire montre de dynamisme en termes de produits et de services, mais aussi sans doute de considération des compétences de leurs distributeurs, s'ils souhaitent conserver et a fortiori développer leur réseau. Les mois à venir seront donc aussi intéressants à suivre que les précédents.  

 

Sondage effectué du 8 au 11 janvier 2019, auprès d’un panel représentatif de cuisinistes actifs dans diverses régions de France, concessionnaires de marques enseignes nationales, indépendants multimarques (y compris allemandes et italiennes) et positionnés sur les segments du moyen au haut de gamme. 



Liens sur vignettes ci-dessous