Culture Cuisine
Culture Cuisine
login
 


Liens sur vignettes ci-dessous










 Retour...



Chronique d’un électrogate annoncé

Nous en avions parlé en avril, puis en septembre dernier. L’affaire vient de prendre une dimension encore plus importante, et nuisible à l’ensemble du secteur, Isabelle de Silva, présidente de l’Autorité de la concurrence, la qualifiant de « cartel de l’électroménager ». Explications en 3 minutes chrono de notre confrère Cuisine et Bains qui en a fait la meilleure synthèse.

 

Cette durée permet en effet de prendre connaissance en un temps bref de l’ensemble des éléments de manière claire et sérieuse, en regardant l’édito de notre talentueux confrère Benjamin Coppens, alias Benji qui dépoussière le genre à coup de balai (un de plus en ce 18 décembre…), en le parsemant de savoureuses et décalées incises audiovisuelles issues de la culture cinématographique.

 

Mais si les meilleures sont les plus courtes, rappellera-t-on en faisant référence aux blagues, celle-ci n’en est pas une, ou alors de mauvais goût, du genre de saveur irritant les papilles gustatives des uns, ou laissant une émétique amertume dans le palais des autres. Du palais buccal au palais de justice, il n’y a que quelques mots pour décrire des maux plus graves.

 

Ainsi, dans un communiqué du 6 décembre dernier, L'Autorité de la concurrence a expliqué sanctionner six fabricants d'électroménager, parmi les plus importants du secteur, à hauteur de 189 millions d’euros pour s'être, notamment, concertés sur des hausses de prix. Ces entreprises sont BSH, Candy Hoover, Electrolux, Whirlpool, Eberhardt Frères et Indesit. Il faut noter ici que les amendes varient de 1 à 56 millions d’euros selon le degré d’implication des entreprises, et que Indesit a été absorbé par le groupe Whirlpool (le plus lourdement sanctionné) postérieurement aux pratiques incriminées.    

Ces six groupes industriels de l’électroménager ont ainsi été reconnus « coupables :

- « d’une part, d’augmenter de manière concertée les prix de vente conseillés au détail transmis au client distributeur, sur la période du 7 septembre 2006 au 8 janvier 2007, et du 29 mai 2008 au 10 avril 2009 ;

- d’autre part, de mettre en œuvre un accord ayant un objet anticoncurrentiel et consistant à fixer en commun les conditions commerciales à appliquer au client cuisiniste dans le but de baisser, de manière concertée, le coût des contrats d'exposition. »

 

Quid des cuisinistes ? Réponse sans ambages de notre confrère en cliquant sur le visuel ci-dessus.

 

J.A



Liens sur vignettes ci-dessous