Culture Cuisine
Culture Cuisine
login
 


Cliquer sur les logos pour en savoir plus












 Retour...



Achat de cuisine : une affaire d’homme ?  

Pour les historiens, Monsieur est le frère du roi. Pour les cuisinistes, c’est celui qui s’investit de plus en plus la cuisine et montre un intérêt croissant pour la choisir. Pour autant, Madame n’a pas dit son dernier mot dans cette affaire de mœurs…

 

Longtemps domaine privilégié des femmes, la cuisine, en s’ouvrant sur les autres pièces, a aussi brisé cette dichotomie liée au genre : Monsieur cuisine et il aime ça. Aussi, il n’est pas étonnant qu’au moment de l’achat, il ne se contente plus de simplement délier les cordons de la bourse : Monsieur s’investit et veut aussi choisir une cuisine qui lui correspond, tout en conservant la main sur le budget.

 

Sur le terrain, les cuisinistes et professionnels de l’agencement hexagonaux sont d’accord sur ce constat : « Pour le choix des matériaux et de l’implantation, ce sont des décisions communes », décrit par exemple Alain Maillet à la tête de A.I Concept à Fontainebleau en Seine-et-Marne. « Il y a quelques années, Monsieur n’intervenait que lors du rendez-vous final pour valider le choix définitif et se réservait la partie négociation financière », constate de son côté Mélanie Silvent qui gère la Maison agencée à Nonglard en Haute-Savoie.

 

Fonctionnalité féminine vs. Technologie virile

​Désormais les couples viennent ensemble aux différents rendez-vous et prennent à deux les décisions qui concernent l’ensemble du projet. « Les hommes semblent plus investis en matière de décoration d’intérieur, ajoute encore Mélanie Silvent. Les décisions se prennent à deux pour l’ensemble du projet. » Des constats qui ne semblent pas partagés dans la capitale et ses alentours. Ainsi, Olivier Lesecq, gérant de l’atelier Marthe à Paris, est plus mesuré quant au poids de la décision de la décision virile, même s’il remarque au fil des années un intérêt croissant des hommes, autant que les femmes : « Dans 80 % des cas, c’est encore Madame qui décide ». Et c’est elle qui est bien souvent à l’initiative du projet, et de sa conduite enthousiaste : « Madame pousse les travaux, Monsieur freine sur le budget », explique Pierre Reux, patron de la société Culinelle au Chesnay dans les Yvelines.

 

Séduire Madame avant Monsieur reste donc encore une valeur sûre pour les professionnels, mais pour combien d’années… D’autant plus que les centres d’intérêt entre hommes et femmes peuvent porter sur des domaines différents : là où Madame accordera une grande importance à la fonctionnalité, Monsieur se laissera tenter par les technologies connectées qui envahissent la cuisine. « Lorsque Monsieur cuisine, c’est  souvent par passion. Si le budget suit, rien n’est trop beau », glisse Alain Maillet, appuyé par son confrère des Yvelines, Pierre Reux : « Il est prêt à se faire plaisir, en consacrant un budget important à la cave à vin par exemple ».

 

Sandra Molloy



Cliquer sur les logos pour en savoir plus