Culture Cuisine
Culture Cuisine
login
 


Cliquer sur les logos pour en savoir plus












 Retour...



Pour une revendication légitime des cuisinistes indépendants

Agensia est le plus vaste groupement français de cette forme de commerce spécialiste. Pas étonnant dès lors que Marc Edel, son fondateur et directeur, défende avec conviction les vertus de leurs caractéristiques fondamentales, en invitant à mieux faire savoir leur savoir-faire.

 

Culture Cuisine : Comment s’est déroulé le premier trimestre pour Agensia ?

Marc Edel : « L’année à bien démarré, dans la foulée de la dynamique de 2016. Puis, nous sommes revenus à un contexte économique plus normalisé, avec un tassement léger de la consommation. C’est peut-être dû aux turbulences de la campagne présidentielle et à l’incertitude qui s’est installée concernant les résultats de ces élections primordiales pour les politiques économiques qui seront menées pendant les cinq prochaines années. Ce contexte s’est traduit par un certain recul de la fréquentation des magasins de cuisines. Aujourd’hui, le réseau Agensia compte 325 magasins indépendants partout en France.  

 

Culture Cuisine : Leur profil a-t-il évolué ?

Marc Edel : Nous considérons que leur avenir pérenne et prospère ne peut  passer que par la défense d’un positionnement moyen-haut de gamme, tant en termes de produits composant une cuisine équipée que de services spécifiques délivrés aux consommateurs. Il leur faut aussi mettre en œuvre impérativement une communication expliquant les avantages à s’adresser à un spécialiste cuisine indépendant alors que, encore passage obligé pour acheter une véritable cuisine sur mesure il y a 15 ans,  le cuisiniste  indépendant a ensuite été noyé dans la masse avec l’évolution  de la distribution devenue très diversifiée sur le marché français. Aujourd’hui, toutes les enseignes se targuent de délivrer des prestations de cuisiniste traditionnel, alors qu’est appliquée une stratégie de développement basée sur des volumes et une politique commerciale de profit rapide, sinon immédiat, considérant qu’un consommateur n’est plus intéressant dès lors qu’il sort du magasin. Aussi font-elles tout pour les faire venir puis pour les retenir, notamment au travers de discours centrés sur les prix et de fausses promesses.      

 

Culture Cuisine : Que peuvent faire les cuisinistes indépendants face à ces enseignes disposant de moyens importants de communication nationale ou régionale (presse écrite, médias audiovisuels) ? 

Marc Edel : Le même écart de moyens existait déjà il y a 15 ans et cela n’empêchait pas les cuisinistes indépendants de bien faire savoir leur savoir-faire, c’est à dire d’affirmer leur identité propre de spécialiste. Cela commence par afficher leur nom patronymique ou de commerce, type Cuisines Durand ou L’artisan de la cuisine, sur lequel ils ont bâti leur succès et leur notoriété, et par lequel se diffusent le bouche-à-oreille des consommateurs qui est, comme chacun sait, la publicité la plus efficace. Le combat que doivent mener les cuisinistes indépendants est un combat de valeurs, et ils ne doivent pas - encore moins qu’avant – hésité à revendiquer celles qui font leur identité et qui conduisent les consommateurs à leur faire confiance pour un investissement important en termes d’argent et de temps. Les cuisinistes indépendants ont ainsi leur destin entre les mains et de bons atouts à faire valoir, à condition d’en prendre l’initiative. C’est d’autant plus nécessaire que les marques de premium et de haut de gamme se montrent plutôt discrètes en matière de communication. »



Cliquer sur les logos pour en savoir plus